Comment optimiser ses pages d’atterrissage avec le SEO On-Page ?

Le référencement on-page est bien plus qu’une simple checklist de facteurs à optimiser. C’est aussi un excellent moyen de faire connaître votre contenu aux internautes, de développer votre marque et de fidéliser votre clientèle.

Dans cet article, nous allons expliquer ce qu’est le SEO on-page, pourquoi il est essentiel, et démystifier les éléments à prendre en compte pour optimiser votre référencement naturel on-page.

 

Qu’est-ce que le référencement On-Page ?

Le SEO on-page est une pratique qui consiste à optimiser le contenu d’un site web afin de générer plus de trafic organique.

Pour ceux qui ne connaissent pas le référencement naturel, la terminologie peut sembler technique. Une stratégie de SEO on-page est en quelque sorte une formule spécifique avec une approche essentiellement centrée sur l’utilisateur. Le but ultime de toute stratégie de référencement on-page est de répondre aux attentes des utilisateurs, notamment en leur fournissant un contenu de qualité.

 

Pourquoi le SEO on-page est-il important ?

Le référencement on-page est essentiel car il aide les utilisateurs et les moteurs de recherche à lire et à interpréter le contenu d’un site web. Il faut noter qu’une stratégie SEO on-page de qualité consiste à bien plus qu’ajouter de mots clés dans les balises title et dans les métas descriptions.

Cela ne veut pas dire que les métas titres et les métas descriptions ne jouent pas un grand rôle dans la stratégie d’optimisation de vos pages, bien au contraire ! Ce que nous voulons dire est que vous devez penser au-delà de ce qui apparaîtra dans les résultats de recherche. Considérez votre site web comme un livre, si la couverture est superbe mais que les pages sont médiocres, il ne faudra pas longtemps aux lecteurs pour changer d’ouvrage. Lorsque les pages web ne sont pas optimisées, elles entraînent un taux de rebond élevé. Cela a des répercussions très négatives sur le référencement naturel en général.

 

 

11 Facteurs de classement du SEO on-page

Maintenant que vous comprenez ce qu’est le référencement on-page ainsi que son importance, examinons 11 facteurs de classement essentiels qui aident les pages d’atterrissage à se hisser en tête des résultats de recherche organiques.

 

  1. Le mappage des mots-clés

Commencez toujours par votre audit SEO on-page en cartographiant les mots-clés. Si vous ne savez pas exactement quels termes vous devez cibler, inutile d’optimiser la page au risque de travailler en vain. Il y a de fortes chances que le sujet pour lequel vous souhaitez vous classer puisse être abordé de plusieurs façons. C’est pourquoi il est important de cibler des mots-clés ayant un volume de recherche élevé. En effet, si les mots clés ont du trafic, c’est que les utilisateurs les recherchent.

Vous ne savez pas par où commencer ? Choisissez 3 à 5 mots-clés que vous souhaitez travailler, y compris des mots-clés de longue traîne, pour vous assurer que le sujet de la page à optimiser est clair.

Par exemple, dans cet article de blog, nous avons décidé de cibler les mots-clés suivants :

  •  SEO on-page
  • référencement on-page
  • qu’est-ce que le référencement on-page

Si vous faites défiler vers le haut et que vous regardez bien le titre et les sous-titres de cet article de blog, les mots-clés que nous venons de lister deviendront apparents. Lisez la suite pour savoir pourquoi une telle démarche est essentielle !

 

  1. L’intention de recherche

Pensez à la façon dont les utilisateurs trouveront votre contenu. Faites ensuite la même recherche et optimisez la page en fonction de ce qui vous est proposé dans les résultats de recherche.

Soyez attentif à toutes les caractéristiques que vous voyez : les images, les rich snippets, le Knowledge Graph (graphe de connaissance), le People Also Ask (PAA), les vidéos, même les publicités sponsorisées, etc. Google teste et optimise en permanence ses résultats de recherche en fonction du comportement des internautes. Ainsi, vous pouvez conclure que ce qui est proposé dans la première page de votre requête correspond à ce que votre public cible recherche.Donc, pourquoi ne pas vous en inspirer ?

 

 

  1. Le « duplicate content »

Les référenceurs et les content managers connaissent le duplicate content comme le fait de plagier le contenu d’autrui. Mais dans le cadre du SEO on-page, cette expression peut prendre une autre signification, celle de dupliquer votre propre contenu.

Lorsque vous tenez un blog depuis des années, vous pourriez oublier certains sujets que vous avez déjà traités auparavant. Si vous ne prenez pas certaines mesures avant la rédaction, vous pourriez réécrire tout un article sur un thème déjà abordé. Pour éviter ce genre d’erreur, vous pouvez utiliser un outil comme Siteliner pour voir ce que vous avez déjà publié sur un mot-clé précis. Vous saurez ensuite s’il faut créer un nouveau contenu ou non, s’il faut mettre à jour un vieux texte ou non. Il serait dommage que deux de vos pages deviennent des concurrentes. Vous gaspillerez vos efforts pour rien. De plus, cela peut affecter votre SEO.

 

  1. Le titre (<h1>)

Le titre de la page, également connu sous le nom de balise <h1>, reste le titre le plus crucial d’une page. Il est même considéré comme un facteur de classement majeur. De surcroît, il tient une importance capitale dans la mesure où il s’agit généralement de l’un des premiers éléments que les visiteurs et les moteurs de recherche remarquent lorsqu’ils consultent une page web. Un bon <h1> peut améliorer l’engagement et allonger le temps passé sur la page, réduisant ainsi le taux de rebond.

Lorsque vous rédigez un titre pour votre site internet ou votre blog, veillez à inclure des mots-clés cibles. Par ailleurs, il faut rendre le titre suffisamment descriptif pour éviter le syndrome de la feuille blanche.

 

  1. Les sous-titres (<h2> – <h6>)

Comme le titre de la page que vous venons d’expliquer ci-dessus, les sous-titres doivent inclure des mots-clés cibles et avoir un sens lorsqu’ils sont à part. Considérez l’ensemble comme une table des matières. Il aide les utilisateurs à comprendre en quoi consiste la page de destination, à scruter et à localiser facilement les informations. Les sous-titres servent aussi à offrir une expérience utilisateur positive.

Lorsque vous écrivez des sous-titres, assurez-vous de les classer par importance, le<h2> étant le plus important (après <h1>, bien sûr) et le <h6> étant le moins important.

N’utilisez jamais les sous-titres juste pour le style ! Cela nuira à l’accessibilité de votre site web, à l’expérience utilisateur et au référencement. Si vous n’aimez pas l’apparence de vos sous-titres, travaillez avec des développeurs pour résoudre le problème au lieu de les balayer sous le tapis !

 

  1. La lisibilité

Pour attirer un public plus large, le contenu doit être facile à parcourir et à assimiler. Pour cela, voici les règles à suivre :

  • Utiliser des phrases simples et courtes.
  • Utiliser des listes à puces.
  • Bien doser le jargon, les acronymes et les mots techniques peu connus du grand public.
  • Diviser les blocs de texte trop longs en paragraphes plus courts, les séparer par des sous-titres descriptifs.
  • Éviter la voix passive.

Pour vous aider, il existe des outils en ligne qui évaluent le score de lisibilité d’une page.

 

  1. L’attribut ALT des balises images

L’attribut ALT des balises <img> (également appelé ALT text) permet aux utilisateurs de lecteurs d’écran d’entendre la description d’une image à haute voix. Les attributs ALT sur les images jouent toujours un rôle important dans l’accessibilité des sites web.

Ils sont également importants pour le référencement car les moteurs de recherche ne lisent pas les images. Ils prennent donc en compte l’attribut ALT image dans le HTML pour trouver des indices sur son contenu.

Le contenu de la balise ALT d’une image peut fonctionner avec les autres facteurs de référencement on-page pour améliorer les chances de classement de la page et, par extension, améliorer les visites et les conversions.

Lorsque vous rédigez les balises ALT de vos images, veillez à :

  • Rédiger une description précise et concise de l’image.
  • Limiter votre description à 140 caractères, soit à peu près la longueur d’un tweet.
  • Utiliser des mots-clés pertinents dans la mesure du possible afin de renforcer la pertinence de la page elle-même.
  • Éviter le bourrage de mots-clés !

 

  1. Les liens internes et externes

Les liens internes peuvent aider à établir l’équité des liens vers d’autres pages de votre site web. Les articles de blog étant plus susceptibles de générer des liens externes, il est particulièrement utile de les relier aux pages de vos produits ou services.

 

D’autre part, les liens externes doivent être utilisés avec parcimonie, faire autorité et toujours s’ouvrir dans une nouvelle fenêtre.

Lorsque vous établissez un lien entre une page et une autre, utilisez un texte d’ancrage qui décrit la page vers laquelle vous établissez un lien. Pour des raisons d’accessibilité, veillez à éviter les descriptions génériques pour l’ancrage tels que « comme mentionné ici »,« voir dans cet article », « ce lien », « cliquez ici ».

 

  1. La balise title

La balise title ou méta titre est l’un des éléments les plus importants pour le SEO on-page. C’est un facteur de classement direct des mots-clés. Il sert de lien bleu dans les résultats de recherche, sur lesquels les visiteurs cliquent pour accéder à votre site.

La longueur idéale de la balise title d’une page internet est d’environ 50 à 60 caractères. Si elle est plus longue, Google la tronquera.

Voici nos conseils pour réussir la rédaction d’une balise titre :

  • Maintenir la longueur du texte entre 50 à 60 caractères (545 à 560 pixels).
  • Créer une balise title unique pour chaque page indexée.
  • Toujours inclure le ou les mots-clés cibles, de préférence au début de la balise titre.
  • Garder à l’esprit l’intention de l’utilisateur lors de la rédaction de la balise de titre. Faites en sorte qu’elle soit suffisamment descriptive et accrocheuse pour que l’internaute ait envie de cliquer dessus.
  • Terminer la balise de titre avec le nom de la marque.

 

  1. La méta description

La méta description n’a pas d’impact direct sur le positionnement de la page. En revanche, elle affecte le taux de clics qui reste un puissant outil de référencement naturel. Lorsqu’elle est rédigée de manière efficace, une méta description fournit un message clair et concis dans les résultats de recherche ciblée, ce qui peut inciter les visiteurs potentiels à cliquer sur votre site.

Si la longueur de la méta description n’est pas maîtrisée et que le nombre de caractères dépasse, Google peut tronquer ou tout simplement ignorer votre texte et en mettre un autre à sa place (notamment un extrait de texte dans le contenu de votre page).

Voici comment réussir la rédaction de vos meta descriptions :

 

  • Ne pas dépasser les 160 caractères pour les pages sans date et les 145 caractères pour les pages avec date comme les articles de blog, les actus, etc. (la date va s’afficher et s’incruster au début de la méta description).
  • Créer une meta description unique pour chaque page indexée.
  • Rédiger les méta descriptions en gardant à l’esprit le CTA (Call To Action ou Incitation à l’action) ou l’objectif de la page à optimiser. Demandez-vous quel est le message que cette page veut faire passer à l’utilisateur ?

 

  1. Les URL

Ne laissez pas votre système de gestion de contenu (CMS) écrire vos URL à votre place. Comme sur WordPress, le CMS prend le titre de la page pour en faire un URL par défaut. Si le titre est trop long, Google va également le tronquer pour les résultats de recherche.

Lorsque vous écrivez des URL, veillez à :

  • Rédiger des URL concis (vous pouvez retirer les articles et les prépositions par exemple)
  • Utiliser uniquement des traits d’union pour séparer les mots.
  • Utiliser des lettres minuscules.
  • Intégrer des mots-clés cibles.

Attention : si vous décidez de mettre à jour des URL existantes, n’oubliez pas de mettre en place les redirections qu’il faut !

 

En résumé :

Puisque vous savez maintenant ce qu’il faut faire pour que votre référencement on-page soit au top, vous êtes prêt à auditer votre contenu ! Nous vous proposons ci-dessous une synthèse de tout ce que nous avons expliqué dans cet article. Elle vous aidera à réussir l’optimisation de vos pages avec plus de facilité.

Checklist pour le SEO on-page :

Utilisez la check list suivante comme point de départ pour évaluer les facteurs essentiels de votre référencement on-page :

  • Mappage de mots clés : la page cible 3 à 5 mots-clés, utilise des synonymes, se concentre sur les mots-clés de longue traîne et évite le bourrage de mots-clés.
  • Intention de recherche : la page a une orientation et des objectifs clairs. Le contenu s’aligne aux caractéristiques de recherche de Google (images, snippets, PAA, etc.)
  • Duplicate Content (à éviter) : la page et son contenu doivent être unique sur le site, ne pas traiter un sujet déjà abordé auparavant.
  • Titre <h1> : la page utilise une balise <h1> qui comprend des mots-clés principaux.
  • Sous-titres <h2> – <h6> : la page utilise les balises <h2> – <h6> pour séparer les sujets et rendre la lecture plus fluide. Les sous-titres comprennent aussi des mots-clés cibles.
  • Lisibilité : la page doit être lisible, utiliser des phrases simples, éviter le jargon, les acronymes et employer principalement la voix active.
  • Attribut ALT des balises images : les images de la page contiennent des attributs alt qui sont suffisamment descriptives lorsqu’elles sont lues seules.
  • Liens internes et externes : tous les liens utilisent un texte d’ancrage descriptif et pertinent. Les liens externes doivent être de haute qualité et s’ouvrir dans une nouvelle fenêtre.
  • Balise title : ne dépasse pas 60 caractères, comprend des mots-clés cibles et se termine par le nom de la marque.
  • Meta-description : ne dépasse pas 160 caractères et est unique à chaque page.
  • URL : doit être court et pertinent par rapport à l’article. Il utilise des traits d’union, des lettres minuscules et des mots-clés ciblés.

 

Demandez conseil auprès de nos experts SEO